Un problème de parking, vraiment ?

La présentation apocalyptique que certains font d’un « problème de parcage à Vevey », de « familles qui ne viennent plus en visite parce qu’elles ne savent pas où se parquer », de « trajets d’1/4 d’heure entre la place de parking et la maison », tout cela ne correspond que très peu à la réalité.

  • Au centre-ville les soirs de semaine, le taux d’occupation des places de parking n’est que de 70 %.

  • Il reste en permanence des places dans certains parkings souterrains.

  • Le samedi matin, avant le chantier, malgré les 200 places de parking supprimées par le marché, il restait en moyenne plus de 100 places libres au Panorama.

  • Le taux annuel de remplissage moyen de la Place du Marché n’est que de 60 %.

  • Le parking de la Place du Marché n’affiche quasi complet que pendant 4,8 % du temps (données récoltées sur le site riviera-parking.ch, entre le 17 novembre 2017 et le 23 octobre 2018).

Évidemment, on ne trouve pas une place de stationnement aussi facilement que dans les parkings géants des centres commerciaux hors des villes. Évidemment, il faut accepter de ne pas pouvoir se parquer gratuitement et en surface devant sa porte. Évidemment, il faut dans certains secteurs accepter de payer une place dans un parking public ou privé. Mais n’est-ce pas normal en ville ?

Source : direction de l’urbanisme, Vevey (chiffres 2017)

A Vevey, il y a 18’000 places de stationnement, publiques et privées, alors que moins de 7’000 véhicules sont enregistrés sur la commune. En comparaison avec d’autres villes vaudoises, nous sommes très généreux avec nos pendulaires et nos visiteurs.
Les Veveysans sont parmi les Vaudois les moins motorisés, mais Vevey est la ville vaudoise qui a le plus de places de stationnement en surface accessibles au public. Dans l’ensemble, il n’y a pas de problème de parking à Vevey.

Dans le futur, ce qui sera décisif pour le centre-ville, ce sont la mobilité douce, l’attractivité et la qualité de vie. Piétons, vélos et voitures devront pouvoir y accéder. Il faut prendre les décisions pour l’avenir avec une réflexion globale et une juste répartition des moyens.

Une initiative de blocage

La proposition d’un parking sous la Place du Marché est ancienne. Pendant une trentaine d’années au moins, alors que la majorité des autorités y était favorable, rien de concret ne s’est fait. La Place du Marché semblait durablement bloquée dans son état actuel.
En 2017 a eu lieu un concours d’urbanisme pour un réaménagement de la place, sans parking souterrain. Le projet gagnant maintient dans un premier temps 200 places en surface. La différence est compensée par la création d’un parking souterrain à la gare. À terme, si la population le souhaite, l’aménagement prévu permet de libérer totalement la Place du Marché sans travaux importants.

Avec ce projet, on pouvait espérer sortir enfin de l’immobilisme et trouver une solution qui satisferait une majorité de la population. Mais c’est à ce moment-là que l’initiative a été lancée. Histoire de tout bloquer pour quelques décennies encore ?
Maintenant, le changement !

Depuis 40 ans, la Place du Marché n’a pas changé. Le temps est venu d’agir. Les projets contenus dans le Plan directeur du stationnement peuvent se réaliser rapidement: le parking à la gare doit faire l’objet d’un accord avec les CFF cette année, et le réaménagement de la Place du Marché pourrait commencer peu après le démontage des installations de la Fête des Vignerons. Alors, on bloque tout ou on avance enfin ?

Maintenant, le changement !

Depuis 40 ans, la Place du Marché n’a pas changé. Le temps est venu d’agir. Les projets contenus dans le Plan directeur du stationnement peuvent se réaliser rapidement: le parking à la gare doit faire l’objet d’un accord avec les CFF cette année, et le réaménagement de la Place du Marché pourrait commencer peu après le démontage des installations de la Fête des Vignerons. Alors, on bloque tout ou on avance enfin ?